Julie Ouellet

Se contraindre à se perdre # 02.02.17, 13.11.17

Encre et graphite sur papier
2017
28 x 38,1 cm (11 x 15 po)

● non disponible

À propos de l'artiste

Julie Ouellet

Julie Ouellet

Née au Lac-Saint-Jean en 1974, Julie Ouellet vit et travaille à Montréal. Elle a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en arts visuels à l’Université du Québec à Montréal; elle a en outre obtenu la bourse McAbbie en 1997.

Depuis plus de vingt ans, elle mène une recherche approfondie dans le champ élargi du dessin et de la peinture. Ses explorations prennent une tournure non figurative à partir de 2011 pour se concentrer sur le trait et sa capacité à créer des détours et des déambulations prenant la forme de lignes sinueuses. Ses œuvres ont déjà été remarquées dans le cadre de plusieurs expositions solos, dont La décharge, sa première exposition solo à la Galerie Simon Blais en 2004, Œuvres récentes, à la Charest-Weinberg Gallery en 2006 (Miami), ainsi que Chimères, à la Maison de la culture Frontenac en 2011, et Se tisser un chaos luxuriant tenue à la Galerie Simon Blais en 2015.

Ses plus récentes expositions sontLes lignes fantômes à la Galerie Simon Blais en 2019, ainsi que Se contraindre à se perdreà la Maison de la culture Janine Sutto en 2018 (une exposition qui clôturait son mémoire de maîtrise en Art visuel et médiatique à l’UQAM). Son travail a également été présenté dans plusieurs expositions solos et collectives à Montréal: Pavillon à l’ancienne École des Beaux-Arts en 2017 (où elle réalise une œuvre in situ), Dessins à la Maison de la culture Janine Sutto en 2010 (une exposition consacrée au dessin actuel où elle était la co-commissaire avec Jean-Sébastien Denis), Entrelacs à la Galerie Trois Points en 2014 et, en 2011, La loi du nombre, à la Galerie Simon Blais.

Son actualité la plus récente est sa rétrospective de mi carrière prévue au 1700 La Poste et qui ouvre le 23 avril 2021.

Les œuvres de Julie Ouellet font partie de plusieurs collections publiques (Alcan, Banque Nationale, Loto-Québec, Cirque du Soleil, Musée Pointe-À-Callière) et privées. Particulièrement intéressée par le geste de dessiner constituant le cœur même de son travail, elle cherche à déceler les agents activant et modulant son action.  Ces explorations récentes l'ont amenée à travailler en pleine nature et à réaliser des œuvres éphémères.

Depuis 2019, elle enseigne le dessin à l’Université de Sherbrooke et, plus récemment, à l’École de design de l’UQAM. En 2017, elle remporte la bourse de recherche François-Xavier Marange (Fondation de l'UQAM). Elle est actuellement en résidence à l’Atelier Circulaire et poursuit sa réflexion notamment autour de la technique de l’eau-forte. 

La Galerie Simon Blais la représente depuis 2003.